Ici Dargent !
Le journal du collège à lire d'urgence…
La Plume Dargent, plus qu’un simple concours d’écriture!
Categories: La vie au collège

L’idée de ce concours a germé dans l’esprit d’un groupe d’amies inscrites au club “Animer le CDI”. Madame Delnord nous confie qu’elle était assez hésitante au départ car elle n’avait organisé ce genre d’événement. Lorsqu’elle avait créé ce club, elle l’avait plutôt imaginé comme un club de lecture.

Le concours, lancé en début de cette année 2020, était ouvert à tous.

Les règles : créer un texte libre comportant obligatoirement les 10 mots suivants : aquarelle, à vau-l’eau, engloutir, fluide, mangrove, oasis, ondée, plouf, ruisseler, spitant.

25 élèves sur 32 sont allés jusqu’au bout en rendant des textes qui ont fait rêver le jury (composé de Mme Delnord, M.Dupuy, M. Gueldry, Mme Héraut et Mme Pons), présent lors de la remise des prix.


Interview de Nolann Vidalie (pseudo : Supernova), plume d’or du classement des 6e/5e :

1. Qu’est-ce qui t’a poussé à participer à ce concours ?

Nolann Vidalie : Ce qui m’a poussé à y participer est le fait qu’à force de faire de la pub pour ce concours, je me suis rendu compte que je ne m’étais pas inscrit moi-même. Alors j’ai choisi de le faire.

2. Ce concours a-t-il révélé une passion pour l’écriture chez toi ou aimais-tu déjà écrire ? T’a-t-il aidé à adopter ton propre style d’écriture ?

NV : J’aimais déjà écrire. Dès l’âge de sept ans j’écrivais déjà des livres. Mon premier livre qui parlait d’un incendie a brûlé pour de vrai (ironie du sort). Il ne m’a pas aidé à adopter un style d’écriture.

2Bis. As-tu écrit d’autres histoires et si oui, voudrais-tu nous en faire part ?

NV :   Oui. J’ai écrit de nombreux autres livres dont celui qui a  brûlé. Mon dernier se nomme Adamas Polaris, le diamant polaire en latin (toutes mes excuses Mme Redjem pour cet adjectif qui doit être mal accordé). Il n’est pas fini…

Voici l’URL de la version sur laquelle je travaille :

https://onedrive.live.com/view.aspx?resid=B3C155D957A9F52A!209&ithint=file%2cdocx&authkey=!AArUq9BY7EM6gco

3. Ce concours t’a-t-il aidé à prendre confiance en toi lorsque tu écris ?

NV : Pas vraiment. Je trouve que mon livre n’a rien de particulier.  J’ai pu lire les histoires des autres élèves et certaines étaient aussi  bien voir mieux que les miennes.

3Bis. Vraiment ? N’es-tu pas trop modeste ?

NV : Je le pense vraiment.

4. D’où t’est venue l’idée de ton écrit ?

NV : J’ai souvent beaucoup d’inspiration et d’imagination. Je n’ai pas  déterminé une histoire immédiatement. J’ai juste commencé à écrire, puis cela me faisait penser à d’autres choses… Puis j’ai revu mon texte, corrigé quelques erreurs et inséré les dix mots.

5. Etais-tu stressé à l’idée de ne pas recevoir de prix ?

NV : Non. Je ne pensais même pas recevoir de prix…

6.  As-tu un mot à adresser aux participants ou plus particulièrement aux gagnants?

NV : Tous les participants ont eu beaucoup d’imagination, tous les  textes étaient très bien écrits, certains se distinguaient par leur  humour, d’autres par la qualité du texte… 

Globalement, je félicite tous les participants qui ont su se surpasser pour ce concours.


Interview de Norann Mekni (pseudo : Cœur de Brume), plume d’or du classement des 4e/3e :

1. Qu’est-ce qui t’a poussée à participer à ce concours ?

Norann Mekni : Alors, qu’est-ce qui m’y a poussée… L’envie irrépressible que j’avais de vouloir voir ce que je valais vraiment en terme d’écriture ; de voir ce que je pourrais produire devant (avec ?) un thème imposé et face à d’autres personnes (concurrents ?) dont je ne connaissais pas ou peu le talent !

2. Ce concours a-t-il révélé une passion pour l’écriture chez toi ou aimais-tu déjà écrire ? T’a-t-il aidée à adopter ton propre style d’écriture ?

NM : Ce concours n’a pas révélé de passion pour l’écriture chez moi, puisque cette passion brûlait déjà en moi. En revanche, ce concours a su attiser ses flammes ! Est-ce qu’il m’a aidée à prendre confiance en moi lorsque j’écrivais ? Non. Lorsque j’écris, c’est comme si je n’étais pas vraiment là, et puis je ne suis pas timide et j’ai confiance en moi, même si mon calme et ma réserve pourraient faire croire le contraire !

3. Ce concours t’a-t-il aidée à prendre confiance en toi lorsque tu écris ?

Je ne peux pas dire que ce concours m’ait aidée à adopter mon propre style d’écriture, puisque celui-ci est très changeant selon mon écrit, mais disons que oui, d’un côté j’ai mon propre style, et je suis sûre que certaines personnes m’ont reconnue en lisant mon histoire avant même d’en connaître l’auteur…

4. D’où  t’est venue l’idée de ton écrit ?

NM : Très bonne question… Mais pour tout dire, je sais très bien d’où elle m’est venue. Disons que le lac dans mon histoire est très important, parce que c’est de là qu’est venue mon idée. J’ai déjà vu ce lac et même si ce qui l’entourait n’était pas une “mangrove” mais une forêt, il y régnait la même atmosphère… Cet endroit était d’une sombre beauté, et avec ma famille, nous nous sommes réellement dit que s’il y avait un cadavre ici, ça ne nous aurait pas plus étonnés que ça. Et puis,  la suite est venue d’elle-même, je ne pouvais que faire quelque chose de morbide avec ce lieu, alors j’ai commencé à écrire, même si j’ai dû recommencer plusieurs fois mon ébauche pour y arriver !

5. Etais-tu stressée à l’idée de ne pas recevoir de prix ?

NM : J’ai une autre question : qui ne l’était pas ?! Oui, j’étais affreusement stressée, mon cœur s’emballait rien qu’à l’idée que je pourrais être réellement déçue ; quand je suis arrivée au collège, j’avais les joues brûlantes… Et puis, quand ils  m’ont appelée par mon pseudo “Cœur de  Brume” , je ne me suis pas tout de suite reconnue et j’ai réalisé que c’était moi ; je me suis avancée tremblante, on m’a remis l’enveloppe et puis on m’a prise en photo (j’ai dû faire de gros efforts pour me calmer, parce que sinon, les photos auraient été un peu floues !). Même suite à ça, je ne réalisais pas vraiment, j’avais l’impression d’être ailleurs… Loin ; et pourtant j’avais cette enveloppe dorée dans les mains ! Et je crois que la pluie m’a rafraîchi les idées en me trempant jusqu’aux os !

6.  As-tu un mot à adresser aux participants ou plus particulièrement aux gagnants?

NM : Oui et non ! Je m’explique : je veux adresser un mot à tous les participants, car, qu’ils aient gagné ou non, ils ont permis à ce que ce concours prenne vie, même avec ce confinement ! Chacun de nous a donné du sien et je pense que chacun y a pris du plaisir. Mais surtout, peu importe le prix tant que l’on sait ce qu’on vaut ! Ne pas avoir eu la Plume de Bronze, d’Argent ou d’Or, ne signifie pas que ce que l’on a fait est mauvais, mais que ce n’est que le début, qu’on peut encore prouver aux autres la valeur de ses mots, que notre propre histoire est encore à écrire, tant que l’on n’abandonne pas ! Alors, je tenais sincèrement à vous dire un  grand et magnifique Bravo! Je suis déçue de partir à la fin de cette année, parce que je ne pourrais pas mieux connaître les personnes qui ont les mêmes passions que moi et qui sont bien différentes de certaines personnes que je connais qui trouvent que la lecture et l’écriture sont des passe-temps dépassés ! Merci, j’ai adoré partager ça avec vous 😄 !!


Récompenses :

-Les gagnants de la catégorie 6è/ 5è :

Les gagnants de la catégorie 6è/ 5è :

1. Nolann Vidalie, 5è5

2. Romain Guerin-Pavec, 6è5

3. Nicolas Molina, 6è7

 -Les gagnants de la catégorie 4è/3è :

 Les gagnants de la catégorie 4è/3è :

1. Norann Mekni, 3è2

2. Camille Robert-Carvailho, 4è6

3. Robin Deheunynck, 4è8

 

 

 

 

 

- Le prix coup de coeur du jury pour le texte de Marie Nivet, 3è4

Voici le lien pour accéder aux nouvelles de tous les participants :
Le Livre Du Concours Plume Dargent

1 Comment to “La Plume Dargent, plus qu’un simple concours d’écriture!”

  1. FAURE Robinson dit :

    Bravo à tout le monde! participants ET gagnants…

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.